Archives du blog

La "norme", en matière de santé !


 …/… Pour l'hypertension, il est possible de la mesurer avec précision, encore qu'on ne sache pas à partir de quand cette pression est anormale. On cite des chiffres, mais sur quelles bases les a-t- on fixés ? Sur la normale, c'est-à-dire la moyenne ? Alors on peut s'interroger, car la moyenne est une chose, la norme une tout autre ! Supposons, par exemple, qu'à la sortie d'un cinéma on demande aux gens de courir le plus loin qu'ils peuvent, certains s'arrêteront, essoufflés, après cinquante mètres, d'autres après deux cents, certains pourront même courir un kilomètre. Si l'on calcule la moyenne - qu'on proclamera « la norme » -, on dira que celle-ci se situe à 625 m. Ce qui veut-il dire que quelqu'un qui est capable de courir pendant deux kilomètres ne serait pas normal ?

À propos des maladies cardiaques, le déficit en oxygène modifie la façon dont le cœur fonctionne. Le docteur allemand Otto H. Warburg, prix Nobel de médecine, affirme que, selon lui la cause cachée du cancer serait l'excès de monoxyde de carbone dans le sang, résultant d'un déficit en oxygène.

Qu'on retourne la question dans tous les sens, les plus grands tueurs de notre époque - l'hypertension, les affections cardiaques et le cancer - restent toujours sans traitement réellement efficace, mais il y a un lien certain entre ces maladies et le manque d'oxygène, donc une respiration insuffisante.
…/…
Extrait de « Santé et yoga » éditions Almora mai 2018

("Je suis vraiment heureux d’annoncer l’édition récente des articles sur la santé naturelle publiés dans la revue « Yoga » durant 40 années. André, ayant été mon premier et grand formateur en yoga durant 10 ans, j’avais très vite perçu sa pensée en matière de santé bien semblable à celle des naturopathes. Un excellent ouvrage à lire par tous les yogis et les naturopathes" -JCL-)


 -----------------------------------------------


A quel âge peut-on commencer ?


 Yoga pour tous
  

Le triomphe du yoga pour enfants
Par Simona Gouchan, publié le 16/09/2011
Les cours qui initient les petits à cette discipline millénaire fleurissent un peu partout en France. 
Rencontre avec Ulrika Dezé, professeure de yoga et auteure du Yoga de Kika (Milan Jeunesse).
 
A partir de 3 ans mais, à cet âge-là, l'apprentissage est très différent de celui des adultes. Les séances sont beaucoup plus dynamiques, les postures, simplifiées, et les cours intègrent souvent de la musique, du dessin, des jeux et de la relaxation. 
Comment se déroule une séance?
Elle dure en général une heure, par groupes de 10 au maximum. Celle pour les 3-7 ans est construite autour d'un thème : un voyage dans l'espace, au bord de la mer, dans la jungle... Les enfants imitent des animaux qu'ils pourraient croiser (le chien, le cobra...), les éléments de la nature (l'arbre, la montagne...), tout en apprenant les postures. On termine toujours le cours par une histoire relaxante. 
Et pour les plus grands, comment s'articule le cours?
Avec les 8 -13 ans, on tient les postures plus longtemps, on enchaîne une série de salutations au soleil et on travaille davantage la respiration. Les préados ont un stress équivalant à celui des adultes. Avant les vacances scolaires, lorsqu'ils sont en période de contrôles et fatigués, je mets l'accent sur les postures qui permettent d'apprendre à mieux se concentrer, à se relaxer, l'objectif étant de leur offrir des outils pour qu'ils ressentent un bien-être physique et émotionnel. 
Y a-t-il des contre-indications?
Non, je dirais même que le yoga est beaucoup plus doux que la gym pratiquée à l'école. Et, contrairement à d'autres disciplines, il n'y a pas de notion de compétition. Les postures sont tout de suite à la portée des enfants. La progression se fait naturellement, en douceur, au rythme de chacun. 
Quels sont les bienfaits de cette discipline?
Souplesse, équilibre et détente : très vite, on s'aperçoit qu'ils dorment mieux. Le yoga améliore aussi la concentration et l'attention. Et permet même d'améliorer la confiance en soi. A raison d'une fois par semaine, les progrès sont vite visibles. 
 (Simona Gouchan)